SORTIE DE TERRAIN À SAINT-BRIS-LE-VINEUX

Une journée ensoleillée, des guides passionnants et passionnés (M. GOISOT, Francis ANDREUX, Pierre CURMI), de magnifiques paysages... nous étions une douzaine à en profiter.

Merci à M. GOISOT pour nous avoir consacré cette journée.

Ci-dessous les photos (non triées donc non chronologiques) de notre randonnée et des documents à télécharger, élaborés par Francis ANDREUX et Pierre CURMI.  

MARSANNAY-LA-CÔTE

Terroir et lieux-dits

 

 

Sortie animée par 

Françoise VANNIER-PETIT

 

 

le samedi 16 mai

 

 

L’idée de la journée est de voir, au travers de l’appellation Marsannay, quels aspects permettent de fonder la notion de lieu-dit, quels critères appréhendés sur le terrain peuvent être traduits dans la typicité du vin d’un lieu-dit. Cette appellation est depuis 2004 l’objet d’études approfondies pour son sous-sol et son paysage. Des données précises permettent donc d’essayer de mettre en relation les caractéristiques du terroir et son découpage par l’homme.

La matinée commence au débouché des importantes combes au nord-ouest du village de Marsannay-la-Côte. Ce point de vue permet de comprendre le paysage, et de visualiser l’impact du climat quaternaire sur les dépôts cultivés en vigne.

L’après-midi le coteau méridional de l’appellation, qui culmine au lieu-dit Champs- Perdrix » à 395 mètres d’altitude, offre un regard différent.

Le sous-sol est très calcaire et donne un sol très clair riche en pierres. Le vignoble s’étend largement sur le coteau, avec des pentes très fortes en haut, et une érosion des sols localement importante. La complexité géologique est due à un laniérage le long du coteau par des failles tous les 200-300 mètres.

Se succèdent de la route des Grands Crus jusqu’à la lisière du bois : les Marnes sableuses du Lias, le Calcaire à Entroques, le Calcaire de Prémeaux, le Calcaire de Comblanchien, le Calcaire de Dijon-Corton, puis de nouveau le Calcaire de Prémeaux, et enfin l’Oolithe Blanche. Les calcaires très clairs, très pauvres en argiles (Prémeaux et Comblanchien) dominent la zone viticole.

Les sols squelettiques en haut du versant sont constitués d’un mélange de pierres et de matériaux fins. Limons et argilesse mêlent aux pierres moins abondantes à mi-coteau, au point d’inflexion de la pente. Les marnes sableuses du Jurassique Inférieur contre la route des Grands Crus se caractérisent par des sols qui retiennent fortement l’humidité, « froids », très pauvres en pierres malgré la position en bas de coteau. La présence de prêles conforte cette observation.

Le coteau septentrional de l’appellation, des Longeroies au Clos du Roy, est une étroite bande de vignes, dont la pente varie de 2 à 15%, et l’altitude de 265 à 315 mètres. Le sous sol présente une certaine diversité géologique, avec des grèzes litées sur le coteau du Clos du Roy, des Calcaires de Prémeaux en haut des Longeroies, des marnes oligocènes ou pliocène dans le secteur médian du coteau.

 

En haut de pente, le vignoble est cultivé sur un sol pierreux très clair, peu épais (10 à 30 cm). Le coeur du coteau est riche en argile et pauvre en pierres dans sa partie médiane en raison d’un sous-sol marneux. Le bas de la pente est nettement plus caillouteux, en raison de la présence d’un tracé ancien de l’Ouche.


Gevrey-Chambertin

ses lieux-dits et son terroir

  

Le dimanche 15 novembre dernier, du coteau nord de Gevrey-Chambertin (du village de Brochon jusqu’aux Cazetiers, et à la Combe Lavaux) au sud du village  (dans l’aire des grands crus) nous avons pu admirer le paysage (la météo n'était finalement pas favorable, mais le plaisir des quelques participants est resté entier). Françoise DUMAS et Françoise VANNIER-PETIT nous ont fait partager leur passion du sous-sol et de la toponymie, en les associant à l’occupation de l’homme sur le coteau depuis deux mille ans.

 

Cette sortie a été intéressante, enrichissante, conviviale et... sportive.


PIQUE NIQUE AU MONT BATOIS

Le pique-nique a permis de déguster quelques plats préparés par chacun (d'ailleurs, j'aimerais bien avoir la recette du gâteau de Françoise, aux saveurs de pain d'épices). Et de déguster aussi (oui, bien sûr) quelques vins apportés par les participants (j'ai oublié les appelations). Nous avons même pu goûter un très agréable Bel Air...

LE CLIMAT ET LA QUALITÉ DU VIN : PARCELLE DE BEL AIR

Francis ANDREUX - Pierre CURMI

 

Francis et Pierre (Andreux et Curmi) nous exposent conjointement la recherche effectuée, en 2003, sur la parcelle de Bel Air (à Gevrey-Chambertin), pour le domaine de la Vougeraie. Elle consistait en l'étude de l'incidence du microclimat sur la qualité du vin, à l'échelle intraparcellaire. En effet, il a été constaté que la position de la parcelle, en bordure de forêt, influe sur les conditions d'ensoleillement, donc sur la maturation de la vigne.

 

Mais, l'étude ayant été conduite en 2003, les microparcelles qui ont donné les meilleurs résultats, ont précisement été celles qui se sont trouvées à un moindre ensoleillement... Exemple et année un peu exceptionnels.  

 

De façon concrète, un carottage est effectué avec une tarière et la teneur en calcaire du sol est appréciée chimiquement et visuellement (voir photos).

 


LE SOL ET LA PIOCHE : MONT BATOIS

Pierre CURMI

Après quelques petits tours et détours, le groupe s'est un peu perdu puis re-constitué sur la montagne de Beaune, au mont Batois, sur la parcelle de l'Association Technique Viticole de Bourgogne.

Pierre (Curmi) nous a alors fait un cours de pédologie, dans les règles de l'art et n'a pas manqué de faire "piocher" ses collègues, Christophe et Francis... (ainsi que Christophe G., merci).

 

Inter-rangs enherbés ou pas, enherbement naturel ou maitrisé, enherbement maximum, érosion et ruisselement, granulométries spécifiques selon les différentes composantes du sol, tout y est passé... Il serait trop long de tout détailler ;) Voir photos !

 

En résumé, nous avons étudié la formation du sol, à partir des marnes et des calcaires du sol du mont Batois, et l'incidence des pratiques d'entretien du sol sur son organisation.


RENDEZ-VOUS ROUTE DES GRANDS CRUS

CARRIÈRE DU CLOS DE BÈZE

Nous ne l'attendions pas... et pourtant, il est venu...  Je parle du soleil, qui nous a fait le plaisir de nous accompagner durant toute la journée.

Un premier rendez-vous à la carrière du Clos de Bèze, que nous avions étudiée, au cours de nos DU(s) respectifs.

Tout le monde est là, et hop, on repart... en voiture ! C'est pas que la parcelle de Bel Air soit bien loin, elle est même juste sous notre nez ! Mais, ça grimpe... un tout petit peu !

Nous sommes 18 en tout... un beau groupe !


LES PAYSAGES VITICOLES ET ANTHROPISATION : COMBE DANAY À MONTHÉLIE

Christophe PETIT

L'après-midi, c'est Monthélie !

Christophe (Petit) nous emmène sur deux parcelles différentes, à la combe Danay et nous observons le sol, les variations du sol au sein d'une même parcelle.

 

Par ailleurs, il nous présente les résultats d'une étude de cartographie réalisée à très haute résolution, grâce à des photographies prises par un drone (avion modèle réduit téléguidé).

L'étude des sols nous permet de comprendre la formation et l'évolution des paysages, en fonction de l'utilisation du sol par l'homme.

 

Les paysages sont superbes, l'exposé passionnant, les sols étonnants, les parcelles uniques... 

 

Nous en profitons pour faire une photo de famille !


ALOXE CORTON

COMPOSTAGE ET PHYTOBAC

And the last, but not least...

 

A Aloxe-Corton, Francis (Andreux) nous présente la station de compostage et le phytobac du domaine Latour, situé en bas du village. Il nous décrit la manière de former un bon compost, par le mélange de différents types de matières organiques disponibles localement et le travail des vers de terre. Pour le phytobac, il nous explique le principe de dégradation des pesticides résultant du lavage des cuves, que l'on épend sur des bacs étanches remplis de terre.